( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

L’intention entrepreneuriale augmente, l’activité réelle baisse

 -  -  373


Une grande partie de l’intention entrepreneuriale, motivée par la crise,  ne devient jamais une activité réelle.

Le Global Entrepreneurship Monitor (GEM), principal indicateur de l’entrepreneuriat international, a révélé dans son dernier rapport que le taux entrepreneurial en Espagne n’a pas augmenté en 2012. La création d’entreprises a baissé de 5,8 %, bien que “l’intention entrepreneuriale» ait augmenté depuis 2009 atteignant 12,05%. Selon l’Institut national de la statistique (INE), l’activité entrepreneuriale a baissé chaque année depuis le début de la crise, à l’exception de 2011.

Evolution de la poblation d’entreprises (2005-2013). Source: INE Entre Janvier et Juillet de cette année, 123.413 chômeurs ont capitalisé leurs allocations de chômage pour créer des entreprises, un nombre similaire à celui de la même période en 2012 (120.905). L’auto-emploi est considéré comme une solution à la crise : selon le ministère de l’Emploi espagnol, dans la plupart des cas l’objectif est de devenir travailleur indépendant. Sur les 332.299 entreprises qui ont été enregistrées en 2012, 76%  sont nées sans salariés et 20% avaient entre un et cinq employés, selon l’INE. La tendance est similaire à celle des années précédentes.

En général, les projets sont lancés avec moins d’argent qu’avant : le capital investi par un entrepreneur pour démarrer une entreprise a été d’environ 18.000 euros en 2012, contre les 30.000 euros de 2011, selon le rapport du GEM. “Les initiatives sont, par conséquent, et en moyenne, moins ambitieuses que celles des dernières années, avec quelques exceptions», conclut l’étude.

Un des problèmes des entreprises espagnoles est leur niveau de dépendance du financement bancaire, par rapport à d’autres pays où pèse plus l’émission d’obligations ou les investisseurs, par exemple. Les business angels, qui investissent dans des nouveaux projets, ne sont pas aussi enracinés en Espagne que dans les marchés anglo-saxons, malgré les récents changements introduits par la loi d’entrepreneurs qui mettent en place des avantages fiscaux.

Newsletter

3 recommandation(s)
comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...