( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

MAJORQUE: LA CROISSANCE BAT SON PLEIN

 -  -  64869


Révolu le temps où Majorque était la « Isla de la Calma » ! Et pourtant… bien loin de l’image tapageuse qui colle à son nom, elle attire toutes sortes d’investisseurs étrangers qui ont compris que business pouvait aussi rimer avec « paresse ». C’est souvent en bord de mer, en savourant quelques délicieuses spécialités culinaires de l’île que se signent les plus beaux contrats.

Il est incontestable que cette qualité de vie attire nombre de nos compatriotes qui souvent fatigués d’une France morose décident de venir tenter leur chance aux Baléares ; ces Baléares considérés dans les années 80 comme les vacances « du pauvre » et qui aujourd’hui font rêver les plus riches…

La communauté française va crescendo,  et même si nous sommes réputés pour notre côté individualiste, de plus en plus d’évènements francophones ont lieu et de vrais réseaux sont en train de se créer.

Internet n’est pas étranger à ceci puisque certains sites ont fait irruption ces dernières années permettant aux nouveaux arrivants de s’intégrer avec une certaine facilité.

Mais pourquoi français, suisses, belges, allemands, anglais, suédois, russes et autres sont ils aussi friands de notre belle île ? Le climat et la douceur de vivre sont-ils les seuls responsables de ce déferlement de nouveaux arrivants ? Certes non, les voyants sont au vert, Majorque redevient aux yeux de certains le lieu où tout semble possible.  Sa proximité avec la plupart des grandes villes européennes est un atout non négligeable. Compagnies régulières, charter ou low-cost ouvrent de nouvelles routes chaque année. La compagnie Corsica Ferries relie depuis le mois d’Avril Majorque et Toulon deux fois par semaine. Même le Maroc se positionne avec sa liaison directe Palma-Nador. Majorque est non seulement prisée pour son climat, mais aussi pour ses infrastructures qui permettent de pratiquer toutes sortes de sports, cyclisme et golf en tête. En ce qui concerne la santé, l’hôpital de Son Espases est une référence à niveau européen et les services sanitaires offerts par les hôpitaux publics et les cliniques privées sont de très haut niveau.

L’immobilier est reparti, avec une croissance supérieure à 15% selon les journaux économiques.

Le secteur nautique bat son plein; selon AEGY (Asociación Española de Grandes Yates), le nombre d’immatriculations a augmenté de 8,18% et représente 16,30% du marché espagnol. 860 embarcations ont été enregistrées en 2017 contre 795 en 2016. En matière de location, les îles Baléares occupent la première place avec une part de marché de 24,65%.

Même le Club de Mar fondé en 1972 et dont l’objectif était d’attirer la clientèle de luxe qui séjournait dans les ports de la Côte d’Azur, va lui aussi vivre une transformation complète. La APB (Autoridad Portuaria de Baleares) a donné son accord pour un projet d’investissement de 50 millions d’Euros. Le lancement de la remodélation du Club de Mar est prévu dès la fin de la saison d’été (octubre 2018).

L’Aviation d’Affaires, autre baromètre de l’économie locale a atteint une croissance exponentielle en 2017. Selon les statistiques d’Eurocontrol, ce mode de transport a augmenté de 6% en 2017 en Europe. L’aéroport de Son San Juan quant à lui, a enregistré 10.306 mouvements en 2017 contre 9.348 en 2016, ce qui suppose une croissance de 10%. Les jets qui atterrissent et décollent du Terminal d’Aviation Affaires de Palma sont de plus en plus grands et de plus en plus performants.

L’offre hôtelière a du se mettre au diapason et les plus grandes chaînes ouvrent non seulement des hôtels 5 étoiles mais aussi et surtout de sublimes « Boutique Hôtels » offrant tout un éventail de services de luxe.

Il faut reconnaître qu’un véritable effort a été fait et se poursuit au niveau des infrastructures, un palais des congrès pouvant abriter jusqu’à 2.500 personnes a ouvert ses portes l’année dernière et a accueilli en 2017 selon son Director General, Ramón Vidal, 173 évènements divers avec un total de 29.000 visiteurs. Ceci a supposé un impact économique de 9,4 millions d’euros pour l’île (18% de plus que ce qui avait été budgété).

À une centaine de mètres de là,  protégée par une magnifique muraille datant du XVIIème siècle, une vieille ville rénovée dans ses moindres recoins invite à la flânerie. Une majestueuse cathédrale faite de pierres roses protège de sa silhouette imposante, palais anciens, réminiscence d’une présence arabe.  Sans oublier de préserver son passé, Palma joue résolument la carte de la modernité. Bars et restaurants branchés continuent d’ouvrir leurs portes.

À quelques pas de l’église de Santa Eulalia, l’Ambigu, offre été comme hiver de délicieuses tapas à déguster dans sa jolie salle de restaurant ou sur sa charmante terrasse en plein cœur du « casco antiguo ». Non loin de là, Moltabarra, taverne moderne aux hauts plafonds propose une très belle sélection de bières artisanales qu’une clientèle éclectique est heureuse de découvrir tout en savourant sa célèbre « tortilla española » et  ses « pinchos variados ».

De nombreux livres de voyages posés à droite et à gauche complètent l’ambiance de cet espace atypique et plein de charme. Sur le Paseo Mallorca, le Blue Jazz Club Restaurant, situé au 7ème étage de l’hôtel Saratoga attire plusieurs fois par semaine les amateurs de Jazz qui viennent applaudir leurs artistes préférés tout en dînant devant le magnifique panorama qu’offre la baie de Palma illuminée..  Les endroits les plus concourus à cette époque de l’année sont cependant les « rooftops ».

Ces terrasses aménagées en bars modernes aux derniers étages d’hôtels ou restaurants mythiques de Palma offrent une vue plongeante sur les toits de la vieille ville et bien souvent sur la mer. Tous rivalisent d’imagination qu’il s’agisse du « Skybar »de l’hôtel Almudaina où l’on peut admirer les derniers rayons du soleil couchant ou du bar à sushis de l’hôtel Sant Francesc, ancien palais construit en 1860 transformé en Boutique Hôtel 5 étoiles. Au 9ème étage de l’hôtel Nakar, situé sur la belle avenue Jaime III, le bar est agrémenté d’une piscine de 12 mètres de long qui permet aux clients de l’hôtel de faire quelques brasses tout en profitant d’une vue époustouflante avant de s’ouvrir au public plus tard dans la soirée.

Un millier d’agents immobiliers plus ou moins légitimes serait actuellement sur le terrain

Il n’est donc pas étonnant que cette effervescence, présente à chaque coin de rue booste à nouveau le secteur immobilier et qu’un grand nombre de nouveaux arrivants rêve à son tour de développer une activité qui parfois peut s’avérer juteuse même si la concurrence est féroce. Un millier d’agents immobiliers plus ou moins légitimes serait actuellement sur le terrain en train de se disputer un marché où la demande est en train de dépasser l’offre. Nos îles Baléares seraient-elles finalement victimes de leur succès ?

Catherine Gaisenband, française qui réside à Palma de Mallorca depuis 35 ans. Elle a longtemps travaillé dans l’aviation d’affaires et aujourd’hui est entre autres Manager Conseillère immobilière du réseau OPEA

c.gaisenband@gmail.com

Newsletter

64 recommandation(s)
bookmark icon