( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

P3 Logistic, pour le «boom» du dernier kilomètre: suivre le marché foncier

 -  -  53392


L’entreprise prévoit de lever des actifs clé en main dans les principales villes d’Espagne et envisage même la possibilité d’acheter des parcelles en attendant de trouver un opérateur intéressé par la localisation (Ejeprime).

P3 Logistic, pour le milla boom »du dernier kilomètre: suivre le marché des terres Le dernier kilomètre augmente son attrait. L’augmentation du commerce électronique axé sur l’isolement a accru la demande d’espaces logistiques du dernier kilomètre. Pour répondre à ce nouveau besoin, P3 Logistic suit le marché foncier dans les principales villes espagnoles afin de construire des projets clé en main, comme l’a confirmé le directeur de l’expansion de l’entreprise en Europe, David Marquina, à EjePrime.

L’entreprise ne considère la possibilité de réaliser ce type de projet qu’une fois un accord à long terme conclu avec un opérateur, car “chaque entreprise veut des actifs dans son propre style et il est très difficile de prévoir ce qu’elle voudra dans un actif spécifique”, précise-t-il. l’exécutif. “Nous sommes ouverts aux actifs du dernier kilomètre, mais uniquement sur demande”, explique-t-il. L’entreprise prévoit même d’acheter le terrain en attendant que la demande s’intéresse à l’emplacement. “La complexité réside dans l’emplacement, qui doit se trouver soit dans la ville, soit à proximité”, explique Marquina.

Plus précisément, P3 Logistic suit le marché dans des villes comme Madrid, Barcelone, Séville, Bilbao ou Valence, entre autres. P3 Logistic suit le marché dans des villes comme Madrid, Barcelone, Séville, Bilbao ou Valence, entre autres. De cette façon, la société prévoit de reproduire le modèle qu’elle réalise déjà en Allemagne, où elle a déjà fermé six opérations avec ce type d’actif. et négocie huit autres actifs. Dans le même temps, l’entreprise d’origine tchèque et contrôlée par le fonds souverain de Singapour poursuit activement sa recherche de grands étages pour construire des plateformes logistiques sur les marchés de l’arc méditerranéen, notamment en Catalogne et dans la Communauté de Valence. Cependant, il n’exclut pas d’acquérir des terrains à Malaga, Séville, Madrid ou au Pays Basque.

Marquina explique que la crise des coronavirus n’a pas eu d’effet sur les objectifs de l’entreprise et assure que “nous nous sentons très à l’aise avec les opérations que nous négocions”. La société concentre son intérêt sur les marchés de la Catalogne et de la Communauté de Valence. L’entreprise prévoit d’atteindre un million de mètres carrés sous gestion dans une période de trois à cinq ans et maintient l’objectif d’augmenter son portefeuille de 140 000 mètres carrés cette année.

Cette augmentation dans la zone gérée ne doit pas être plus importante sur le terrain, car l’entreprise a la capacité de lever des plates-formes à plusieurs niveaux. En ce sens, elle prévoit de livrer en août un entrepôt de 180 000 m² divisé en trois étages en Italie. À l’international, P3 Logistic est présent dans treize pays et dispose d’un portefeuille de 228 actifs totalisant 5,3 millions de mètres carrés de superficie locative brute (sba). De plus, il possède 1,2 million de mètres carrés de terrain en développement.

Source et photo Ejeprime

Newsletter

53 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter