( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Pas de consensus européen pour la fermeture des stations de ski

 -  -  1492917


Avec la saison des neiges à venir, et au milieu de la deuxième vague de la pandémie COVID-19 qui frappe à nouveau le continent, les pays européens dotés de stations de ski de renommée mondiale ne sont pas parvenus à un consensus concernant leur réouverture avec des protocoles pour sécurité, ou les garder fermés jusqu’en janvier comme proposé par l’Allemagne soutenue par la France et l’Italie.(Hosteltur)

L‘Autriche et la Suisse ont exprimé leur ferme opposition à cette mesure et l’Espagne, par l’intermédiaire de son ministre du Tourisme, était favorable à l’ouverture avec des règles de sécurité, bien que le gouvernement espagnol ait précisé que les communautés étaient compétentes en la matière. autonome (voir: Espagne, pour l’ouverture de stations de ski avec des règles de sécurité).

L’Europe est confrontée à un dilemme. Pour certains, garder les stations de ski fermées signifie perdre le bénéfice économique de toute la saison hivernale, après l’été décevant, et mettre en danger des milliers d’entreprises et d’emplois pour éviter les risques possibles de nouvelles infections. En revanche, ouvrir les resorts au milieu du nombre élevé de cas de COVID-19 actuellement enregistrés dans chaque pays membre de l’Union européenne, c’est risquer que la situation se détériore au point même que les confinements les totaux de la première vague sont à nouveau une nécessité, selon le portail schengenvisainfo.

Toute tentative de coordination de la réponse entre les États membres a jusqu’à présent échoué, l’Autriche et la Suisse étant fermement résolues à ne pas laisser passer la saison entre leurs doigts, tandis que la France, l’Allemagne et l’Italie prévoient de maintenir les stations fermées. ski.

Gare de Baqueira Beret, dans la vallée d’Aran, dans les Pyrénées catalanes.
Le camp de fermeture de la station
L’Allemagne envisage non seulement de garder ses propres pistes de ski fermées, mais souhaite également convaincre les autres membres de l’UE de faire de même, a suggéré la semaine dernière la chancelière allemande Angela Merkel. “La saison de ski approche … Nous allons essayer de parvenir à un accord en Europe sur la possibilité de fermer toutes les stations de ski”, a-t-il déclaré au Parlement allemand.

Markus Söder, le Premier ministre de l’Etat bavarois, a soutenu Merkel dans sa proposition, insistant sur le fait que l’Europe n’est pas à un point où elle peut se permettre des «vacances de ski classiques».

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a également appelé les gouvernements de l’UE à maintenir les pistes de ski fermées, craignant que si d’autres pays ne ferment pas les leurs, les Italiens pourraient se rendre dans d’autres pays de l’UE pour leurs vacances de ski. .

“Si l’Italie décidait de fermer toutes ses stations sans le soutien de la France, de l’Autriche et d’autres pays, les touristes italiens risqueraient d’aller à l’étranger et de ramener la contagion chez eux”, a-t-il déclaré. Dans ce cas, le gouvernement italien envisage d’appliquer des mesures de test et de quarantaine à leur retour aux citoyens ou résidents qui se rendent dans les stations de ski pendant les vacances d’hiver, comme l’Allemagne le fera avec ses ressortissants qui se rendent en Autriche.

Le président français Emmanuel Macron soutient également l’idée d’arrêter la saison des vacances d’hiver et a déjà décidé que les pistes de ski françaises resteraient fermées jusqu’au début de l’année prochaine. Cependant, le Premier ministre Jean Castex a souligné que les gens ne seraient pas interdits de visiter les stations des montagnes françaises, ils ne pourraient tout simplement pas skier.

L’ouverture des pistes de ski
Dans le même temps, l’Autriche autorisera probablement la réouverture des pistes de ski après que son chancelier, Sebastian Kurz, d’Autriche, ait qualifié les efforts de coordination de la fermeture des stations de ski de “exagérés”.

Les tentatives de Kurz pour maintenir les stations sont tout à fait compréhensibles étant donné que le tourisme d’hiver a ajouté 14,9 milliards d’euros au budget de l’Autriche l’année dernière. Le ministre autrichien des Finances, Gernot Blümel, a même souligné qu’une fermeture coûterait aux stations autrichiennes jusqu’à 2 milliards d’euros, selon l’évaluation des experts.

On estime qu’environ sept millions de skieurs allemands se rendent chaque année en Autriche pour leurs vacances de ski. Cependant, les chiffres pourraient baisser cette année, car tous les voyageurs arrivant en Allemagne en provenance d’Autriche doivent se mettre en quarantaine pendant 10 jours, ce que tous les amateurs de ski ne peuvent pas se permettre.

La Suisse envisage également de maintenir les stations de ski ouvertes en obligeant les gens à continuer à porter leur masque et à maintenir la distance requise les uns des autres. Ce dernier a récemment levé les exigences de quarantaine pour les personnes arrivant de la majeure partie du continent et s’attend à un afflux de touristes européens à Noël.

Source Hosteltur

Newsletter

149 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter