( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Passeports immunologiques et tests rapides, inefficaces pour le tourisme

 -  -  241255


“Nous devrons vivre avec la possibilité d’une recrudescence”, déclare Antoni Trilla, responsable de la médecine préventive et de l’épidémiologie à l’hôpital Clínic de Barcelone. (Hosteltur)

Les mesures anti-COVID envisagées dans les destinations touristiques, telles que les passeports immunologiques, les tests PCR rapides et même les quarantaines à l’arrivée, auront un effet très limité sur la réduction du risque de contagion, selon Antoni Trilla, chef du service de médecine préventive et d’épidémiologie de l’hôpital clinique de Barcelone. Dans le même ordre d’idées, le Ministère de la Santé “n’est pas très enclin” à effectuer des tests massifs de détection du coronavirus dans les aéroports pour les touristes étrangers, comme le souhaitent par exemple les îles Canaries. Quelle sera donc la solution en attendant l’arrivée du vaccin ? Probablement, pour s’adapter à la vie avec le coronavirus.

Antoni Trilla, qui a participé à l’événement Summit Virtual Barcelona 2020 Tourism & Economy, a expliqué que les tests rapides ou PCR (qui nécessitent de gratter le larynx et le pharynx, et d’attendre trois à quatre heures pour obtenir les résultats) sont “relativement coûteux” et leur efficacité est discutée.”

Ces tests rapides vous disent que vous n’êtes pas infecté aujourd’hui, mais ils peuvent ne pas détecter une infection qui est déjà en incubation ou des personnes qui sont asymptomatiques. Ces cas, ayant une faible charge virale, sont presque invisibles au test”, explique Trilla.

En d’autres termes, les PCR obligeraient le passager à “se rendre à l’aéroport pendant 4 ou 5 heures pour être testé, ce qui est peu pratique et n’assure pas une sécurité sanitaire à 100%”.

Passeports

En ce qui concerne les passeports immunologiques, qui serviraient à identifier les personnes ayant développé des anticorps (leur permettant de voyager sans restriction d’un pays à l’autre), cet expert a souligné “les problèmes éthiques et informatiques” qu’ils entraînent. De plus, “ils n’ont aucune applicabilité”.

Comme l’a souligné Antoni Trilla, “90% de la population ne possède pas d’anticorps contre le coronavirus. Par conséquent, le marché va être réduit à 5-10% de tous les citoyens du monde”.

De plus, “ce passeport santé qui indique que vous avez des anticorps positifs est inutile, parce que vous devrez continuer à vous comporter de la même manière en matière de prévention, et parce que nous ne savons pas aujourd’hui si ces anticorps vous protégeront à jamais”.

En bref, “dans certaines circonstances, les tests rapides peuvent avoir un sens, mais pas ces passeports. Il n’est pas non plus logique d’appliquer des quarantaines aux voyageurs venant de l’extérieur, sauf pour les pays où la maladie est complètement hors de contrôle”.


Source et suite : Hosteltur

Newsletter

24 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter