( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Tasty Poke ouvrira 20 restaurants en 2020 pour devenir leader de fast food hawaïen

 -  -  591068


Trois jeunes entrepreneurs sans expérience de restauration veulent devenir leader de la restauration rapide hawaïenne espagnole avec Tasty Poke Bar. (Idealista/News)

De zéro à 20 restaurants en un peu plus d’un an. La chaîne alimentaire hawaïenne Tasty Poke Bar a ouvert son premier local à Madrid en octobre 2018, il dispose aujourd’hui d’un réseau de 20 personnes, dont le sien et des franchisés, et d’un chiffre d’affaires de près de 6 millions d’euros. Deux chiffres qui devraient doubler tout au long de 2020 … tant que les conditions du marché immobilier le permettront.

“Bien que la vitesse à laquelle nous grandissons semble indiquer le contraire, il n’est pas facile de trouver un bon endroit lorsque vous effectuez une analyse exigeante de l’emplacement”, explique Jaime Farto, PDG et fondateur de Tasty Poke Bar. La chaîne sélectionne des locaux d’environ 100 m² plus terrasse dans « des rues à grande visibilité ou des centres commerciaux, où les revenus sont généralement très élevés. Notre cuisine, qui est principalement à base de produits frais, a l’avantage de ne pas avoir besoin de sortie de fumée ».

Dans le cas du centre-ville de Madrid, Farto n’hésite pas à qualifier les conditions de « vraie folie, même si heureusement il y a des communautés où tout est plus raisonnable ». L’objectif de la chaîne n’est pas d’ouvrir dans des locaux dont les revenus imposent un taux d’effort locatif supérieur à 15% du chiffre d’affaires estimé.

L’autre scénario qui se qualifie de compliqué est celui du centre commercial: « En plus d’avoir des revenus plus élevés, ils sont très exigeants avec la question des garanties, qui lie beaucoup les franchisés », explique-t-il. Sur les 20 établissement qu’elle compte, 17 sont franchisés.

La chaîne affirme que “les gestionnaires de centres commerciaux ne nous épargnent pas, mais il est clair que si vous décidez d’ouvrir, vous serez soumis à leurs conditions, il n’y a pas d’autre.” Farto ajoute, :” Nous ne sommes pas en crise, mais pas au meilleur moment pour faire des affaire”.

Remises jusqu’à 20% sur les transferts

Dans les rues, c’est dans le montant du transfert que la société trouve la plus grande marge d’escompte, qui se situe entre 15 et 20 % : « Il est vrai que cela nous facilite l’accès à la licence d’hôtellerie, mais nous ne trouvons pas beaucoup d’autres avantages. C’est ce qui arrive avec un modèle économique comme le nôtre, avec une décoration et des besoins de machines très spécifiques, et un public qui ne coïncide généralement pas avec celui de l’entreprise que nous remplacons”.. »

a plus grande marge de négociation est le délai de non-paiement, où les deux mois de retard sont courants. Mais malgré les exigences du marché immobilier, Tasty Poke Bar se développe rapidement à Madrid et dans d’autres villes comme Séville, Malaga, La Corogne ou encore San Sebastian, où il est déjà présent. Il a même franchi les frontières. Il a même franchi les frontières avec deux établissements à Bologne et à Sao Paulo.

Jeunes entrepreneurs inexpérimentés

Ce qui a été réalisé jusqu’à présent a encore plus d’impact si deux détails sont ajoutés. Les deux entrepreneurs en questions, sont avocat (Jaime Farto) et dentiste (David Salvador), sans expérience préalable dans le secteur hôtelier, qui ont repris le projet à 26 ans. L’idée leur est venue presque par hasard lors d’un voyage pour visiter Gema, la sœur de David et le troisième des jeunes partenaires.

Jaime Farto et David Salvador (de gauche à droite)

“Nous avons remarqué que ce type de nourriture fonctionnait très bien aux États-Unis, et comme en Espagne il n’y avait rien de tel et que nous allions créer une entreprise, nous avons décidé de créer notre propre marque de poke food”, explique Farto: “L’idée était de nous positionner avec un réseau de restaurant dans les principales villes, toujours accompagné de bons franchisés ».
Enfin, en octobre 2018, le premier petit restaurant a ouvert ses portes au numéro 119 de la rue centrale San Bernardo à Madrid. Avec le soutien d’une campagne réussie sur Instagram, cette proposition de cuisine hawaïenne s’est imposée comme l’alternative au fast food le plus original et le plus sain.

Avec un ticket moyen de 14,50 euros, l’opération est simple. Le client peut remplir son bol d’une base de riz ou de quinoa en choisissant le poisson (thon, saumon ou poisson au beurre), toujours mariné au soja et à l’huile de sésame. Enfin, il est complété par le choix parmi une grande variété d’ingrédients frais tels que les légumes et les fruits assaisonnés. Bien sûr, il existe également des options totalement végétaliennes avec le tofu: “C’est un secteur en croissance auquel nous prêtons une attention particulière.” Il en va de même pour la livraison à domicile, dont dépendent 25% des ventes des établissements.

Source et suite : Idealista/News

Newsletter

59 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter