( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

The Brick League: Les projets immobiliers des clubs de football

 -  -  26328


Demain commence une nouvelle saison pour le football espagnol, bien que certains aient divisé l’attention entre le ballon et l’immobilier. (EjePrime)

Quand la balle dépend de la brique. Un peu plus de 3 kilomètres séparent le Santiago Bernabéu des 4 tours de 250 mètres qui se dressaient là où se trouvait jusqu’en 2001 la ville sportive du Real Madrid. Le club a vendu le terrain pour 480 millions d’euros, ce qui a permis à l’actuel président, Florentino Pérez, de nettoyer l’entité et de jeter les bases du Madrid of Galactic, qui réunissait plusieurs des meilleurs joueurs du monde.

Les clubs de football espagnols ont depuis longtemps un œil sur le ballon et un autre sur la brique. L’Atlético de Madrid et Valence, par exemple, attendent toujours la vente de leurs terrains pour pouvoir entretenir un projet sportif parmi les meilleurs d’Europe, dans le cas de Madrid et construire un nouveau Colisée dans le cas de Valence.

Les deux projets de vente se terminent déjà. Le club dirigé par Miguel Ángel Gil Marín a déjà vendu deux des trois terrains qu’il possédait sur le terrain où Vicente Calderón s’était tenu jusqu’à la saison dernière. Au total, le club s’attend à obtenir 200 millions d’euros dans cette opération.

Atlético de Madrid a conclu la vente de deux des trois parcelles appartenant à l’ancien stade Vicente Calderón

De son côté, le groupe a conclu un accord avec la coopérative méditerranéenne ADU pour la vente des terrains du stade de Mestalla en échange de 140 millions d’euros. L’accord est subordonné à la possibilité pour l’acheteur de conclure la vente des 400 logements qu’il compte construire afin d’obtenir le financement nécessaire à la fermeture de l’opération.

Barcelone est un autre grand projet en attente: elle prévoit d’investir jusqu’à 600 millions d’euros dans l’Espai Barça. Avec cette opération globale, le club catalan envisage d’agrandir le Camp Nou, de construire un nouveau gymnase pouvant accueillir 12 000 spectateurs et d’urbaniser les environs des deux bâtiments afin de pouvoir les exploiter commercialement. En fait, les revenus potentiels de cette exploitation commerciale devraient servir à couvrir un tiers de l’investissement.

Espanyol, Celta et Elche travaillent à l’exploitation commerciale de leurs actifs

L’autre grand club catalan, l’Espanyol, exploite également une zone commerciale dans son stade, situé entre Cornellà et El Prat de Llobregat, qui abrite le centre commercial Splau sur le même terrain. Plus précisément, le club bleu et blanc a jusqu’à 19 000 mètres carrés qu’il souhaite affecter à une salle de sport, des magasins et des restaurants.

El Celta, en revanche, continue de lutter pour obtenir le terrain et les autorisations nécessaires pour pouvoir construire sa ville sportive dans la municipalité de Mos, à la périphérie de Vigo. Outre tous les services nécessaires aux joueurs, le projet comprend un complexe commercial en plein air de 140 000 mètres carrés et un parking de 5 000 places.

En deuxième division, Elche prévoit de tirer parti de l’environnement de son stade, Martínez Valero, pour créer un espace commercial et de loisirs. Plus précisément, le club d’Ilicitano compte plus de 2 000 mètres carrés exploités par les promoteurs de Sumdur Trade et de Lonimare.

Source et suite: EjePrime

Newsletter

26 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter