( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Turespaña fera pour la première fois la promotion de l’Espagne dans le pays

 -  -  57404


“N’abandonnons pas l’été”, dit Oliver, en annonçant la promotion sur les marchés émetteurs également. (Hosteltur)

“Nous avons reçu des plaintes fondées concernant la deuxième ligne de crédit de l’OIC” et nous essayons déjà d’améliorer le flux d’argent vers les entreprises. Les guides consensuels préparés par les TPICE doivent compléter le développement de la réouverture, et “sont avant tout pour la phase 1”. On ne s’attend pas à ce que beaucoup d’hôtels ouvrent à partir du lundi 11, “l’intention était d’envoyer le message que nous commençons le retour à la normale”.

Isabel Oliver, secrétaire d’État au Tourisme, admet dans cette interview vidéo avec le directeur de HOSTELTUR Manuel Molina, qu’en certaines choses ils auraient peut-être pu “aspirer à plus”, mais nie que le gouvernement n’ait pas été conscient dès le début de l’importance du secteur du tourisme et de la profondeur de la crise qui l’affecte, “comme toute l’économie dans cette situation”, affirme-t-elle. Elle annonce que Turespaña va promouvoir les vacances à l’intérieur du pays pour la première fois de son histoire, bien qu’elle n’exclue pas la promotion sur les marchés émetteurs traditionnels, “bien que plus tard”. Elle ne se résigne pas à renoncer à l’été et garantit qu’après le 30 juin, d’autres mesures seront prises concernant les ERTE afin de ne laisser aucun travailleur sans protection.

“Je ne suis pas d’accord avec le fait que le gouvernement n’ait pas accordé suffisamment d’attention au secteur du tourisme, je pense qu’il l’a fait, même s’il est vrai que nous pouvons toujours aspirer à plus”. Le Gouvernement a été conscient dès le début de l’ampleur de la crise et a agi, dit la secrétaire d’État, “Je pense aux ERTE, par exemple”.

“Sans vaccination ni traitement, la mobilité continuera d’être restreinte et les restrictions s’attaqueront au tourisme, c’est clair, mais l’ouverture se fera petit à petit et les ERTE s’accompagneront de la mobilité si importante pour le secteur”.

Elle admet que “nous pouvons continuer à nous améliorer”, mais dit qu’il y a eu une réponse du Gouvernement, parce que “tout est arrêté, toute l’économie”.

Isabel Oliver annonce dans cette interview que pour la première fois, Turespaña fera la promotion du pays au sein même du pays et auprès des Espagnols, en plus de la promotion qui sera faite “plus tard” sur les marchés émetteurs traditionnels.

“Il faut améliorer la communication dans le domaine du tourisme, bien sûr”, convient la secrétaire d’État. “Nous avons été prudents et très rigoureux parce que la situation l’exige”, a-t-elle déclaré, faisant référence au ministre Reyes Maroto et à elle-même. “Tout peut être amélioré, mais nous sommes dans une situation complexe et changeante dans laquelle tout est compliqué”.

Le calendrier touristique du gouvernement

“Nous sommes dans la phase de désescalade, c’est ce qui marque le calendrier, la marche de la pandémie.” La nouvelle normalité apportera une mobilité entre les provinces, puis “beaucoup plus étendue”, dans la dernière semaine de juin “nous pourrons nous déplacer dans tout le pays”. Le 13 mai, la CE donnera des lignes directrices pour la mobilité entre les pays, “ce qui est pour nous essentiel pour activer nos marchés sources en toute sécurité”.

Faciliter la circulation de l’argent

“Nous avons reçu des plaintes fondées concernant la deuxième ligne de crédit de l’OIC, celle de 100.000 euros” “Je l’ai déjà transféré à Economía parce que je pense que le protocole doit être amélioré, car il coûte de l’argent pour atteindre les entreprises, bien que ce soit le but ultime”

Quant à la partie fiscale, aux mesures fiscales de soutien aux entreprises, elle dit que “c’est compliqué”, avec le Trésor et “nous y travaillons”.

Concernant la situation de l’emploi, quel est votre plan à partir du 30 juin ? “Il faut étendre les mesures mises en place jusqu’à ce que l’activité soit réactivée. Nous avons l’industrie hôtelière fermée et le CCAA en grande difficulté en raison de sa dépendance importante au tourisme. Nous devons faire tout notre possible pour que les ERTE puissent continuer, si ce n’est exactement de cette manière, alors d’une autre manière qui assure la protection du travailleur”.


Source et suite : Hosteltur

Newsletter

57 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter