( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Un an de loi locative catalane : baisse des prix similaire à celle d’autres marchés, mais baisse drastique de l’offre

 -  -  21285


Un an après l’entrée en vigueur de la loi catalane sur la location qui limite les prix de location, les données montrent que la mesure a eu deux conséquences principales : cela a provoqué une réduction significative de l’offre, selon les données d’Idealista, la principale place de marché immobilière du sud de l’Europe.

07/09/21

La loi n’a pas eu d’impact sur les prix, qui sont réduits de manière similaire à ceux de Madrid

Barcelone a enregistré au cours de l’année au cours de laquelle le contrôle des prix a été mis en œuvre une réduction de ses revenus de 8,2%, une baisse inférieure à celle enregistrée par Madrid (-9,3%), où les prix sont librement convenus entre les parties, selon les statistiques publiées par idealista.

En étendant la plage de temps à deux ans, on constate que Barcelone a maintenu la tendance à la baisse amorcée en 2019, qui s’est accélérée en 2020, marquant une baisse des prix de 12%. À Madrid, en revanche, la baisse s’est produite principalement au cours de la dernière année puisque la baisse enregistrée au cours des 24 derniers mois n’est que de 9,9%, ce qui met l’accent de la baisse sur l’énorme offre excédentaire enregistrée.

Sur d’autres marchés également très dynamiques mais moins stressés que ceux de Madrid et Barcelone, les prix ont enregistré des baisses plus douces : -5% à Palma et -1,7% à Séville.

Une partie pertinente de l’offre s’est évaporée en un an seulement

Cependant, lorsque l’on regarde le stock, la situation dans la capitale catalane n’est pas en ligne avec le reste des grands marchés et le rythme auquel l’offre disponible est réduite est nettement plus élevé : Le nombre de logements qui sont proposés dans idealista dans Les loyers dans la ville de Barcelone début septembre (environ 10 900) ont été réduits de 42% par rapport au stock disponible un an plus tôt, lorsque le produit disponible avait doublé en raison du confinement qui avait entraîné la fermeture du marché pendant plusieurs mois.

Lors de cette comparaison avec les données de la première semaine de septembre 2019, le stock actuellement disponible n’est que de 13% supérieur à ce qu’il était alors.

Les logements locatifs disponibles ont baissé ces derniers mois sur tous les grands marchés, mais nulle part cette baisse n’a atteint les niveaux de la capitale catalane. Dans la ville de Madrid, dont le marché est celui qui présente le plus de similitudes avec Barcelone et qui a également doublé son offre en 2020, le stock actuel est inférieur de 22% à celui d’il y a un an, mais il est toujours supérieur de 62% à celui de clôture de été 2019.

En ce sens, Palma de Majorque a 14% d’offre en moins qu’il y a un an mais 64% de plus qu’en 2019 ; et Séville a 25 % de locations disponibles en moins, mais 59 % de plus qu’il y a 2 ans.

Avec des prix encore susceptibles d’augmenter, le principal problème auquel est actuellement confronté le marché locatif catalan, en particulier à Barcelone, est la réduction spectaculaire du stock disponible. La réduction de l’offre à Barcelone a fait monter en flèche la pression de la demande qu’il est de plus en plus difficile de louer un logement pour une famille. En septembre 2020, l’indice de demande relative (qu’idealista élabore en mesurant le nombre de contacts que chaque annonce de location reçoit en moyenne) s’élevait à 1,7, tandis qu’au cours de la même semaine en 2021, il dépassait la barre des 4, atteignant jusqu’à 4,8. Cette donnée est la plus élevée de la série historique réalisée par idealista dans la ville.

Pour Francisco Iñareta, porte-parole d’Idealista, « les données sont tenaces : la loi catalane sur le contrôle des prix des loyers n’a pas fonctionné comme prévu. D’une part, les prix ont baissé mais comme sur d’autres marchés. En revanche, les futurs locataires disposent désormais d’un marché beaucoup plus restreint, ce qui rendra encore plus difficile l’accès au logement locatif. Le moyen de garantir des loyers abordables est d’augmenter le parc de logements, comme on l’a vu au printemps et à l’été 2020, lorsque l’offre a augmenté de telle sorte qu’elle a immédiatement impacté les prix dans les grandes villes, qui ont fortement chuté”.

Source : idealista

Newsletter

21 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter