( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Un horticulteur d’Ortigueira cultive plus de 50 variétés de tomates

 -  -  43385


Enfant, il a construit une cabane dans les arbres et s’est diverti en imitant le jardin de ses parents. “Je t’aime toujours, je cultive depuis que je suis petit, avec neuf ou dix ans”, explique José Manuel Sierra Pernas, Chema (Couzadoiro-Ortigueira, 36 ans). «Je pense que neno hoxe serait moi fier de min», dit-il quelques jours après la naissance de son fils, Samuel. (La Voz de Galicia)

Le jardin est déjà son moyen de vie, sur la même ferme où il a grandi, avec deux serres qui couvrent environ 700 mètres carrés, dans lesquelles 600 plants de tomates de plus de 50 variétés différentes ont poussé ces derniers mois.

La zone de culture couverte est un véritable festin de couleurs, de formes, de tailles et de saveurs. “Hainos plus acide, plus doux, avec plus de sementes, jaune, laranxa, boîtier noir, en forme d’ampoule, corne, colle …”, décrit-il. “J’ai passé de nombreuses années à partager des graines et toutes d’Europe, des trouxéronmos de Monterroso ou du Pays basque, une famille qui a teint en France, j’achète des graines et d’autres Atopeinos nas feiras en ligne”, dit-il. Par iso, certaines variétés de Teñoas sont cataloguées comme «Señora de Moeche», «Señora de Cedeira», «Señora de San Román» ». «Ce sont des tomates du pays, bonnes pour moi à tous, même hybrides ou transxénicos; Ajoutons qu’ils ne sexan d’orixe écologique, après xeracións xa ils sortent des boas sementes », dit-il.

Certains sont difficiles à distinguer, comme la grand-mère d’Osedo, de Galice, et la rose de Barbastro, d’Aragonese, bien que les plantes diffèrent. Il soutient que toute variété «finit par s’adapter aux caractéristiques du lieu», par simple survie.Cette serre est un régal de couleurs, de saveurs, de formes et de tailles.

Cet horticulteur passionné de météorologie, qui a d’abord terminé un cycle d’électronique et a ensuite étudié la xéographie à l’université, cultive «la forme la plus naturelle possible», sans utiliser de produits chimiques, mais refuse de transformer le sceau d’agriculture biologique par principe. “Ce devrait être l’inverse, que ceux qui transportent des produits chimiques diffèrent de nous.” Vos clients connaissent votre façon de travailler.

La plupart des clients de Chema demandent une variété, avec différents types de tomates La plupart des clients de Chema demandent une variété, avec différents types de tomates CEDIDA vend sa production de tomates et le reste des légumes qui sont récoltés sous serres et à l’extérieur dans les magasins locaux, directement à la ferme ou via un service de livraison à domicile. «Des tomates, demandez-moi surtout« un varié ».

Au début, il y avait une personne négligente et maintenant un client a vu une sauce tomate de cor laranxa ou amarela », dit-il. La diversité des formes et des couleurs est tentante même pour les enfants, qui se perdent dans la serre en mangeant des variétés de cerises, et ces derniers temps ils sont particulièrement surpris de découvrir les chenilles papillons sphinx qui sont apparues sur les plants de concombre de l’Équateur dans le Verger de Chema. “C’est un bolboreta d’orix d’Afrique qui migre vers l’Europe et place des larves non tomates dans l’aubergine”, explique-t-il.

Source et suite La Voz de Galicia

Newsletter

43 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter