( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Un investisseur néerlandais achète un village en Galice pour le transformer en “coworking”

 -  -  48895


Un investisseur néerlandais a acheté un village au nord de Lugo pour le convertir en un espace de travail flexible. (Idealista/News)

L’Espagne vide se remplit de “hipsters”. Un investisseur néerlandais a acheté un village galicien dans le nord de Lugo, à un peu plus de 10 kilomètres de la côte, pour le convertir en un espace de travail flexible. Ces 25 hectares de terres, acquis par un couple de retraités, deviendront un gigantesque coworking rural où les entrepreneurs pourront partager des espaces, des idées et des projets.

Selon Cinco Días, l’acheteur est un résident néerlandais à Berlin: Dennis Schep. Des universitaires et des chercheurs de centres renommés tels que l’European Graduate School of Switzerland ou l’École publique de Berlin ont acquis pour 175.000 euros cette petite ville inhabitée depuis plus de 40 ans dans le but de créer un lieu de travail pour des intellectuels et des profils humanistes. artistiques et culturels.

Le village, qui était auparavant connu sous le nom de Ferreira, a été baptisé d’un nom beaucoup plus “cool”: The Foundry. Cet espace comportera cinq bâtiments, parmi lesquels une chapelle vieille de 200 ans, utilisée comme lieu de réunions et d’événements. Il reste encore des dispositions à prendre, mais l’essentiel, comme l’eau, l’électricité ou Internet, est déjà à pleine capacité.

Le projet est configuré pour accueillir ceux qui ont besoin d’espace pendant trois, quatre ou cinq semaines, en fonction de leur situation et de leurs projets. C’est pourquoi personne n’y vit continuellement.

Bien qu’un tel espace soit créé pour la première fois en Espagne, des projets de ce type ont déjà été réalisés en France, comme dans un ancien monastère situé entre Reims et Laon, dans le nord-est du pays, où est déjà opérationnel un centre similaire. Grâce à ces initiatives, il contribue à atténuer, même légèrement, les conséquences du dépeuplement et de l’abandon rural.

Source et suite: Idealista/News

Newsletter

48 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter